Pourquoi on pleure quand

on découpe l'oignon ?

 

Conte recueilli à Oujda auprès de Yamina Benzid, mère au foyer (64 ans en 1987)

 

Jadis, un fellah (un paysan) avait investi toute sa fortune dans l'oignon, il acheta la semence, laboura, retourna, aéra son champ et planta les semences. Il attendit la pluie. Il attendit longtemps mais en vain: point de pluie!

Excédé, désespéré, le fellah s'assit au milieu de son champ et se mit à pleurer à chaudes larmes. Il pleura tellement que le champ fut submergé par ses larmes. Après avoir épuisé toutes ses larmes, le fellah rentra chez lui dépité. Plusieurs jours après, le fellag qui se promenait dans les parages fut surpris de constater qu'il y avait de la verdure dans son champ. Il s'approcha et quelle ne fut pas grande sa surprise quand il vit le champ couvert de plants d'oignons. En fait, ce sont ses larmes qui avaient irrigué le champ, et pour lui rendre hommage nous continuons de pleurer chaque fois que nous découpons de l'oignon.