Paroles de la chanson de Idir

 

"TIZI-OUZOU" (SAN FRANCISCO)

 

C’est une maison bleue
Adossée à la colline,
On y vient à pied,
On n’y frappe pas;
Ceux qui vivent là
Ont jeté la clef.

Win izgern i tewwurt
Iqqim id’wer i ud’ebsi,
S lbenna n tmurt
Tasebba n tikti
Unadi tsarut
N waggur d yitri.

Tizi-Ouzou élève des enfants fous de rêve.
Tizi Uzzu, anda teddiḍ ?
Anda-t rbeh’
Tettmennid’ i warraw-im ?

D Aseqqif n t’mana
D aqdim nga-yas leqrar,
Nettz’uru-t af ud’ar
Am unebgi am u
ɛet’t’ar ;
Wid i t-izedγen d’eggren tisura.

Peuplée de cheveux longs,
De grands lits et de musiques;
Peuplée de lumière et peuplée de fous,
La maison berbère mazal-itt debout.

Tizi-Ouzou se lève
Allant au bout de ses rêves,
Tizi Uzzu anda teddid’ ?
Anda-t nnif tettmennid’ i warawim?

Di Tewrirt Musa,
I ilul uqcic d amencuf,
Ayen din idda
Deg ucruf γer ucruf
Ur yufi lehna,
Ur issin lxuf.

Di Tewrirt Musa
Inder urgaz n Tefsut.
Ayen fi icna
D ayen fi immut
isem-is Tamazγa,
D lmut ma nettu-t !

Tizi-Ouzou se lève, dans ses collines s'achève
Le rêve des fous, qui veulent de nous
Que l’on oublie…..
Tizi…Tizi-Ouzou
!